Fédération de la Somme pour la Pêche et la protection du milieu aquatique
Accueil > Connaitre pour mieux protéger > Etudes et suivis piscicoles > Suivi des adultes reproducteurs : le marquage
Suivi des adultes reproducteurs : le marquage
Dans le cadre du Programme Connaissance, le marais de Tirancourt a fait l’objet d’un grand projet de restauration du milieu sous maitrise d’ouvrage du Conseil départemental de la Somme avec la création d’une frayère à brochet ainsi que d’une roselière durant l’hiver 2016-2017. 
C'est dans ce projet de restauration que s'inscrit le suivi du comportement migratoire du brochet depuis décembre 2017, afin de déterminer le déplacement des brochets au sein du fleuve Somme et d’identifier l’attractivité des sites de reproduction que sont les annexes hydrauliques. Cette étude doit donc permettre de déterminer les critères influençant le comportement migratoire du brochet lors de sa quête de frayère, d’identifier des sites préférentiels ainsi que les mouvements intra-frayères. De plus, ce projet a pour objectif de confirmer (ou infirmer) la fonctionnalité des sites aménagés et notamment de la frayère du marais de Tirancourt dès la première année post-travaux. 
La seconde phase du suivi vise à étudier le comportement migratoire des géniteurs en période hivernale à l'aide de la télémétrie.

Marquage des individus
Afin de suivre les déplacements et le comportement des reproducteurs sur le bief Ailly-sur-Somme/Picquigny, des individus ont dû être capturés puis marqués avec différentes technologie :
Plusieurs types de marquage ont été mis en place. Ceux-ci ont été conjointement utilisés ou non en fonction de la morphologie des individus sélectionnés (relation taille/poids des individus/ poids du marquage) afin de ne pas influencer leur déplacement.
Les individus inférieurs à 30cm n’ont pas été marqués en raison des objectifs de l’étude et du pourcentage de mortalité des juvéniles avant d’atteindre l’âge adulte.

Marquage spaghetti : marquage externe
Ce marquage a été effectué sur l’ensemble des poissons de tailles supérieur à 30 cm. Ce dernier permet d’informer les pêcheurs lors de la capture de l’individu sur le fait que ce poisson est inclus dans une étude de suivi des populations. Les pêcheurs pourront ainsi contacter la Fédération en cas de capture d’individus marqués afin de lui fournir les différentes caractéristiques de l’animal (taille, poids, etc) et pourront décider de relâcher le poisson ou de le conserver en renvoyant les inscriptions présentes sur le marquage.


Marquage par pit-tag : marquage interne
Des pit tag d’une taille de 32mm ont été utilisés. Ils ont été insérés sous la peau des individus. Des stations fixes RFID ont été positionnées à l’exutoire du marais de Tirancourt et au niveau de l’entrée de la frayère au sein du marais ainsi que sur les deux autres connexions présentes au sein du bief. Ainsi, de manière passive et continue, la Fédération récoltera des données sur le passage des individus reproducteurs marqués vers la frayère de Tirancourt. Ce type d’émetteur a une durée de vie illimitée.

Marquage par émetteur de radiopistage  : marquage interne
Cet émetteur a été inséré dans la cavité abdominale des gros individus uniquement (poids supérieur à 500gr) après anesthésie à l’aide d’une opération chirurgicale. L’émetteur ne doit pas excéder 3% du poids de l’animal afin de ne pas générer de gêne dans son comportement. L’ensemble de cette opération a été réalisé par une personne habilitée (formations « Expérimentation Biologique Niveau 1 » et « Chirurgie Expérimentale Espèces Aquacoles »). La durée de vie de cet émetteur est d’environ 2 ans.
L’objectif est de comprendre le comportement du brochet dans son environnement tout au long de l’année par l’analyse de ses déplacements. Ce marquage va ainsi permettre de suivre le brochet sur tout le linéaire du fleuve Somme, d’augmenter les connaissances sur ses distances de migration dans le département, d’identifier des points de blocage et de localiser des zones de reproduction potentielles. Ce suivi est actif : la Fédération va prospecter sur le terrain toutes les semaines avec un récepteur afin de localiser le plus précisément possible chaque individu.